Paprenjaci et medenjaci

Paprenjaci et medenjaci

Comme leur nom l’indique, les medenjaci sont de petits gâteaux sucrés préparés à base de miel (en croate « med »), ce qui leur confère une saveur particulière et en fait une confiserie particulièrement appréciée. Les medenjaci étaient principalement préparés par les artisans apiculteurs qui, outre les délicieuses liqueurs de miel et d’hydromel, faisaient la joie des petits et des grands en leur proposant cette confiserie. Les saveurs des « medenjaci » étaient composées à volonté si bien qu’on pouvait y trouver des noix de cajou, du safran, de la peau de citron mais également des boissons alcoolisées comme le rhum, de l’eau-de-vie ou du prošek. Les medenjaci cuits étaient recouverts d’une glaçure blanche préparée à base de blanc d’œufs et de sucre en poudre, les artisans apiculteurs les décorant souvent de divers motifs.

 

Les « medenjaci » était confectionnés à base de pâte composée de farine, de levure, de sucre et d’œufs, et aromatisés en ajoutant des clous de girofle, de la cannelle et du miel. À cette fin, on utilisait principalement du miel de sauge, bien que les « medenjaci » étaient aussi succulents préparés à base d’autres sortes de ce jus d’abeille sucré et épais. La couleur du biscuit dépendant justement de la couleur du miel choisi. Le miel était mélangé à la pâte presque brulant. La pâte était ensuite pétrie, étendue et coupée en de nombreuses formes, des formes les plus simples en cercle jusqu’aux formes de cœur ou d’étoiles, tout particulièrement populaires à l’époque des fêtes de Noël.

 

Il existe une autre confiserie traditionnelle composée de miel, le « paprenjak », un biscuit croustillant qui doit nom au mot « papar » ou « poivre » en français. Ce substantif ne désigne pas dans ce contexte spécifique uniquement cette épice, mais toutes les épices composant ce biscuit comme les clous de girofle, les noix de cajou et la cannelle râpés. Étant donné qu’il s’agit d’un biscuit dur, il était modelé à partir de moules différents, son magnifique parfum attirant tous les curieux dans la cuisine en quête d’un « paprenjak ». Sur l’île de Hvar sont préparés les fameux « paprenjaci » de Hvar, et ce à toutes occasions, si bien qu’il s’agit d’une confiserie fréquemment préparée lors des nombreuses célébrations, mais également dans les nombreuses demeures sous forme de collation sucrée quotidienne.

 

Bien que leur nom évoque le poivre, la version de Hvar du « paprenjak » n’est pas composée de cette épice. À l’inverse, en Croatie continentale et dans la région de Zagreb, le poivre figure même parmi les ingrédients qui confèrent à ce biscuit son arôme particulier. Le poivre ne constitue pas l’unique différence entre les déclinaisons régionales du « paprenjak ». En effet, alors que l’huile d’olive est l’ingrédient conférant sa graisse au biscuit sur la côte, à Zagreb et dans ses environs, c’est du saindoux, plus facilement accessible, qui est utilisé. Avant la préparation de la pâte de ce biscuit, il convenait de faire cuire du miel, en prenant soin à supprimer la mousse ainsi formée. De l’huile d’olive, du prošek cuit avec des épices et de la farine absorbant tous les liquides, étaient ajoutés au miel refroidi, la pâte ainsi obtenue étant ensuite étirée et modelée en forme de biscuits. Comme les « medenjaci », les « paprenjaci » cuits était décorés à l’aide d’une pâte composée de sucre en poudre et de blanc d’œuf. Des moules en forme de tampon étaient souvent utilisés afin de leur donner une forme amusante.